ACCUEIL

jeudi 21 juillet 2016

Association Jossour Forum des Femmes Marocaines

Compétition de plaidoyer des droits des femmes
Photo@JossourFFM
Dans le cadre de  la clôture de la campagne de plaidoyer des droits des femmes, qui a atteint  500 jeunes universitaires de Rabat, Casablanca et Marrakech, l’association Jossour Forum des femmes marocaines, en partenariat avec le MEPI, Middle East Partnership Initiative,a organisé le 23 juillet 2016 au sein de l’Ecole de Gouvernance et d’Economie de Rabat, la compétition de plaidoyer des droits des femmes. 


 C’était une occasion qui a permis  à tous-es les étudiants-es des universités et écoles qui ont bénéficié de formations en matière de droits des femmes, de techniques de plaidoyer dans les réseaux sociaux et d’organisation d’un événement, mais aussi aux associations, d’y participer. En usant des outils inculqués, Jossour FFM encourage la créativité et l’innovation dans le domaine du plaidoyer pour les droits des femmes.
Lors de cette cérémonie de clôture, l’association Jossour Forum des femmes marocaines a remis les certificats de formation aux bénéficiaires ainsi que des prix ou trophées pour les meilleures prestations. 

Photo@JossourFFM
Les thématiques de la compétition, dont le jury était composé d’artistes, de poètes et de  militants, reposent sur trois volets du plaidoyer. Un premier prix a été décerné à la meilleure participation au plaidoyer Culturel,  en  interprétant une pièce de théâtre,  un show sur les droits des femmes ou une poésie. Un deuxième prix réservé à la catégorie du plaidoyer  Digital, les jeunes ont pu réalisé un reportage ou un court-métrage, ou bien réaliser une vidéo ou une caricature. Et le troisième prix était consacré au plaidoyer juridique, à travers une simulation de tribunal ou une proposition des recommandations ou d’amendements de textes de lois relatifs aux droits des femmes
La formation s’est attelée aux droits juridiques, en particulier ceux afférents aux femmes, à la Constitution de 2011, à l’égalité des sexes et à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Dans le volet communication, les trois groupes ont appris à reconsidérer certains points et mécanismes essentiels des réseaux sociaux, les mécanismes de prise de parole en public, les médias…

Photo@JossourFFM

Les étudiantes  des trois villes ont organisé trois événements réussis dans leurs universités. Celles de Rabat se sont intéressées, le 5 mai 2016 à l’EGE à la mise en œuvre de l’Autorité pour la Parité et la Lutte contre toutes formes de discriminations, celles de Marrakech ont débattu, le 4 juin à la GEC : Ecole de Management, de différents axes sur la violence à l’égard des femmes et celles de Casablanca ont ouvert le débat sur la perception des jeunes de l’égalité, et ce le 4 juillet 2016 à l’EFE.

A savoir que cette campagne de plaidoyer vient dans un contexte marqué par la consécration de l’égalité et de la parité dans la Constitution et de la mise en application du principe de « la discrimination positive » en matière de participation politique des femmes et des jeunes. Il n’en reste pas moins que les femmes marocaines peinent toujours à s’imposer aussi bien au niveau social, professionnel que politique.
Certaines contraintes persistent sur le chemin d’une véritable promotion de Droits des femmes, en particulier, des jeunes femmes, elles sont principalement  liées aux mécanismes relatifs à la concrétisation de l’égalité.  


Lire aussi sur: 

Voir aussi mon autre blog:
L'Observatoire des chibAnis&chibAnyates




Enregistrer un commentaire